Margaret Lipsey

IMG_20210108_103043_030.jpeg

Il y a un peu de magie dans un original de Margaret Lipsey. Les regarder c'est vraiment d’y plonger le regard, comme avec un plan d'eau ou un miroir. Le miroir est peut-être la meilleure analogie, car les abstractions de Margaret sont une invitation à la réflexion. Dans les formes tourbillonnantes de la peinture le spectateur indique toujours les silhouettes qu’il remarque, comme s'il cherchait des figures dans les nuages. L'un d'entre eux peut voir un bateau sur un océan écumeux, tandis qu'un autre jure qu'il voit un oiseau planant dans un ciel ouvert. Ni l'un ni l'autre n'a tort, car l'abstrait est ce qu’on en fait, mais la vraie beauté la dedans c'est que ce que vous voyez n'est pas ce qu'il y a dans le tableau - ce que vous voyez, c'est ce qu'il y a en vous.

Lorsque vous regardez une œuvre abstraite, le titre peut généralement vous guider vers ce que l'artiste ressentait et pensait tout au long du processus artistique. Margaret aime aussi laisser au spectateur un indice supplémentaire: des citations écrites derrière la toile. Ces phrases cachées ajoutent une couche d'intimité à chaque œuvre. Elles donnent l'impression d'un petit secret entre vous et l'artiste - un autre degré de connexion avec son travail et, en fin de compte, avec vous-même. Si vous souhaitez en savoir plus sur Margaret Lipsey, vous pouvez consulter sa page d'artiste sur Instagram, jeter un coup d'œil à sa page personnelle (où elle approche de la fin d'un beau défi de 100 jours), ou voir ci-dessous pour lire une brève entrevue.*

1. Comment choisissez-vous les phrases que vous incluez derrière vos tableaux ?

Lorsque je termine une peinture, je commence à chercher une citation qui incarne le sentiment que j'éprouve en regardant l'œuvre. Il s'agit en partie de comprendre l'œuvre plus profondément, une sorte de réflexion sur ce qui est exprimé. J'ai toujours collectionné les citations, mais j'ai récemment commencé à écrire mes propres réflexions pour les relier aux peintures que je crée.

2. Vous avez fait un défi de 100 jours sur Instagram récemment, pouvez-vous nous parler un peu à ce sujet?

En tant qu'artiste autodidacte, j’ai utilisé le projet “100 jours” dans les années précédentes pour approfondir une technique ou un concept artistique que je voulais explorer. En 2020 c'était le collage, l'année précédente c'était différentes palettes de couleurs. Cette année, je me suis tournée vers l'écriture. Être artiste peut être une profession solitaire et l'année dernière a certainement amplifié cela. J'ai donc décidé d'explorer la poésie comme une autre forme d'expression de mes réactions à la vie, à l'amour et à la re-connexion avec moi-même en tant que femme. 

3. Expliquez-nous votre processus d'art abstrait.

Chacune de mes collections est une exploration. Je n'entre pas dans mon atelier en cherchant à aborder une question ou à créer quelque chose de spécifiquement formé. Le travail est très intuitif, je choisis la peinture et je la melange en fonction de ce qui se passe sur la toile et j'essaie de me laisser aller à une sorte de méditation tranquille et émouvante pendant que je travaille. Il m'arrive de revenir sur des œuvres après plusieurs mois quand l'étape suivante se révèle d'elle-même. Mon processus est d'abord explosif et les couleurs s'envolent sur la toile, puis il est lent et réfléchi à mesure que je prends conscience des ajustements que je veux faire.

4. Si vous n'étiez pas devenue artiste, que feriez-vous?

En fait, j'ai une formation de cuisinière et j'ai travaillé dans des cuisines professionnelles pendant 15 ans avant de découvrir la peinture. Je pense que je ferais de l'événementiel ou du marketing si je n'avais pas découvert la peinture. 

5. Quel direction envisagez-vous pour votre art?

J'ai tendance à changer d'orientation chaque année, passant d'une perspective plus minimaliste à un style plus maximal ou varié. Dans l'immédiat, je pense que je me dirige vers plus de blocs et de champs de couleurs avec des collages et de la peinture. À long terme, je suis guidée par l'exploration et je ne peux pas dire avec certitude où cela me mènera.

*Ces réponses ont étés traduites de l’anglais. Descendez pour voir les originaux.

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

There is something truly magical about a Margaret Lipsey original. Looking at them is really to look into them, as you would with a body of water or a mirror. The latter might be the best analogy, as Margaret’s abstractions are an invitation to reflect. In the swirling forms of layered paint, viewers always point out figures as if searching for shapes in the clouds. One might see a boat on a frothing ocean, while another swears that they can see a bird swooping through an open sky. The fun is that neither are wrong, as abstract is what you make of it, and the true beauty is that what you see isn’t what’s in the painting - what you see is what’s in you.

When looking at an abstract piece, the title can usually help guide you in terms of what the artist was feeling and thinking throughout the artistic process. Margaret also likes to leave the viewer an extra clue: quotes written on the back of the canvas. These hidden phrases add a layer of intimacy to each piece. They feel like a little secret between you and the artist - another degree of connection to her work and ultimately to yourself. If you’d like to find out more about Margaret Lipsey, you can check out her artist page on Instagram, take a look at her personal page (where she is nearing the end of a beautiful 100 day challenge), or see below to read a quick interview.

1. How do you pick the quotes that you include behind your paintings?

When I finish a painting, I start looking for a quote that embodies the feeling I have looking at the work. It is partially about understanding the work more deeply, a kind of reflection on what is being expressed. I've always collected quotes but recently I have begun to write my own musings to connect with the paintings I create. 

2. You did a 100 day challenge recently on Instagram, can you tell us a little bit about that?

As a self-taught artist, I have in previous years used the 100 day project to go deeply into a technique or artistic concept that I wanted to explore. In 2020, it was collage, the year before it was different color palettes. This year, I took a turn towards writing. Being an artist can be a solitary profession and the last year definitely amplified that. So I decided to explore poetry as another form of expressing my reactions to life, to love, and to reconnecting with myself as a woman. 

3. Explain your process of abstract art.

Each of my collections is an exploration. I don't enter my studio looking to address an issue or to create anything specifically formed. The work is very intuitive, I select and mix paint in response to what is happening on the canvas and I try to allow myself to fall into a sort of quiet moving meditation as I work. I may come back to works after several months because the next step reveals itself. My process is explosive at first, colors flying onto the canvas, and then it is slow and considerate as I become aware of the adjustments I want to make.

4. If you didn't become an artist, what would you be doing?

I was actually trained as a chef and worked in professional kitchens for 15 years before discovering painting. I think I would be doing events or marketing if I hadn't found painting. 

5. Where do you see your art going in the future?

I tend to change focus each year from a more minimalist perspective to a more maximal or varied style. I think I am moving towards more color blocking and color fields with collage and paint in the immediate future. Long term, I am led by exploration so I cannot say for certain where it will take me.

IMG_4067.jpeg

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés