Richard Bernardin

Quand un artiste atteint un certain niveau de succès, comme Richard Bernardin, on pourrait peut-être supposer qu’il aurait un ego. Avec autant de talent, il aurait le droit! Son curriculum vitae impressionnante comprend du travail pour de grandes publications telles que Vogue, ELLE, et Marie-Claire, pour n'en nommer que quelques-unes. Il a photographié Hailey Bieber, Miguel, Meghan Markle, Freida Pinto et la vedette montréalaise Charlotte Cardin. En 2020, il a été sélectionné pour représenter Canon Canada en tant qu’un des ambassadeurs officiels de la marque, et nous attendons avec impatience ses projets écrits et son premier court métrage. Cela étant dit: tout comme ses photos qui époustouflent le spectateur, la présence de Bernardin défie les attentes que vous pourriez avoir d’une personne aussi réussie. Il est chaleureux, professionnel et attentionné. C’est un plaisir de travailler avec lui. Nous avons même eu le privilège de l'accueillir en galerie en personne l'été passé pendant notre vernissage pour Reverie, où il a accepté chaque compliment avec une grâce admirable et a donné des conseils bénéfiques à l'un de nos jeunes photographes. Le scintillement dans son œil correspond à la fantaisie et à la chaleur de ses images, même à travers son esthétique photographique diversifiée.

Bernardin nous a rendu le service de répondre à quelques questions pour le Spotlight à Hampton.* Découvrez-le sur Instagram et consultez les liens ci-dessous pour plus d'informations!

Parlez-nous d'être un ambassadeur de Canon Canada! «En 2020, lors d'une pandémie mondiale et à l'apogée du mouvement BLM, j'ai eu l'honneur d'être invité dans la famille CANON à titre d'ambassadeur officiel de la marque CANON CANADA. L'acclamation qui en résulte et le succès qui découle de cette nouvelle collaboration ont engendré de nombreuses nouvelles opportunités pour moi de consolider à la fois ma photographie et mon image afin de faciliter la sensibilisation au BLM et à la création de contenu pour les marques confrontées à de nouvelles demandes extraordinaires en raison de la crise Covid19. Veuillez rester à l’écoute pour de nombreux projets et événements incroyables qui découleront de cette nouvelle collaboration! »

Quel est votre objectif préféré pour travailler? «Mon objectif préféré est de loin le Canon RF28-70mm f2 L USM… WOW! Cet objectif a été conçu pour fonctionner avec le nouveau système R, qui est sans miroir et plein cadre, de Canon que je l’utilise avec le R5 depuis 6 mois et dont je suis immédiatement tombé amoureux. C'est ce que j'appelle un objectif Zoom Prime en raison de sa netteté incroyable et de sa luminosité f/2 constante sur toute la plage de zoom, ce qui en fait mon objectif idéal pour la mode, le portrait et la vidéo! »

Avez-vous déjà travaillé avec la photographie sur pellicule? «Je photographie depuis près de 25 ans et donc oui, bien sûr, j'ai commencé dans la photographie argentique. Au cours des 10 à 12 premières années de ma carrière, je travaillais souvent mon film et faisais TOUTES mes impressions, en noir et blanc et en couleur. Malgré les journées interminables passées en laboratoire à respirer des produits chimiques nocifs pendant des heures, j'ai rapidement compris à travers cette expérimentation/manipulation manuelle des procédés photographiques conventionnels qu'il n'y avait pas de règles et c'est ainsi que j'ai développé la base de ma signature photographique. »

Qu'est-ce qui vous a inspiré à devenir photographe? «Au fond, j’ai toujours été un conteur d’histoires et j’ai un véritable amour profond pour le cinéma. J'ai toujours voulu devenir cinéaste ou architecte et au début des années 90, il n'y avait pas d'appareils photo numériques, il était donc extrêmement difficile et coûteux de faire des courts métrages. Je me suis donc tourné vers la photographie pour créer et raconter des histoires, une image à la fois. Je suis immédiatement tombé amoureux (oui, encore!) du médium et de la relative facilité de créer des visuels. »

Quel a été votre sujet préféré à photographier ou avec lequel travailler? «Je ne peux pas dire que j’ai un sujet préféré car chacun est intrinsèquement unique et aboutit à des expériences complètement différentes qui rendent ainsi les photographies qui en résultent singulières, rares et sans précédent. C'est précisément pour cette raison que je continue à photographier des sujets, anciens et nouveaux, et je n'ai absolument aucune intention de m'arrêter. »

Qu'est-ce qui vous a inspiré à prendre cette direction de la photographie? «Après avoir découvert mon amour renouvelé de la narration à travers la photographie, j'ai photographié sans cesse et je me suis tourné vers la mode et le portrait car les deux offraient des opportunités de poursuivre ma narration de manière nouvelle et innovante. Mon travail a finalement été découvert par un jeune conservateur qui organisait une exposition de photographie de mode dans le Musée de la Mode de Kobe récemment inauguré au Japon. J'ai envoyé mon travail et j'ai été nominé, avec 4 autres jeunes photographes, pour Découverte de l'Année et le reste appartient à l'histoire. :) » 

*Ses réponses ont été traduites de l’anglais. Les originaux sont ci-dessous.

 –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

One might assume that an artist with as much industry clout as Richard Bernardin would have an ego. You could hardly blame him if he did. His extensive résumé includes work for major publications such as ELLE, Vogue, and Marie-Claire, just to name a few. He has shot the likes of Hailey Bieber, Miguel, Meghan Markle, Freida Pinto, and Montréal’s very own Charlotte Cardin. In 2020 he was selected to represent Canon Canada as one of their official brand ambassadors, and in the future we have his upcoming book projects and his first short film to look forward to. That being said: just as his photography blows the viewer’s mind, Bernardin’s presence defies the expectations you might have of such a successful person. Warm, professional, and thoughtful, he has been an absolute joy to work with. We actually even had the privilege of having him in gallery in person last summer for our Reverie vernissage, where he gave helpful insight to one of our younger photographers and accepted (many) compliments with admirable grace. The twinkle in his eye corresponds with the whimsy and warmth of his images, even throughout such a diverse aesthetic.

Bernardin was kind enough to answer a few questions for his Hampton Spotlight feature. Check him out on Instagram and see the links below for more information!

Tell us about being a Canon Canada Ambassador! “In 2020 during a global Pandemic and at the height of the BLM movement, I had the distinct honor to be invited into the CANON family as an official Brand Ambassador for CANON CANADA. The resulting acclaim, and subsequent success, from this new collaboration has engendered many new opportunities for me to consolidate both my photography and likeness to facilitate awareness for BLM and content creation for brands facing new extraordinary demands due to the Covid19 crisis. Please stay tuned for many amazing projects and events to ensue from this new collaboration!”

What is your favourite lens to work with? “My favorite lens by far is the Canon RF28-70mm f2 L USM… I mean, WOW! This lens was designed to work with Canon’s new R full-frame mirrorless system which I’ve been using it with the R5 for the past 6 months and instantly fell in love. It’s what I call a Zoom Prime lens because of it’s incredible sharpness and consistent f/2 brightness throughout it’s entire zoom range, making it my ideal lens for fashion, portraiture and video!”


Have you ever worked with film photography? “I’ve been shooting for nearly 25 years and so yes, of course, I started out in film photography. The first 10-12 years of my career, I would often process my film and would do ALL my printing, both BW and color. Despite the endless days spent in the lab, breathing in noxious chemicals for hours on end, I quickly understood through this manual experimentation/manipulation of the conventional photographic processes that there are no rules and this is how I developed the foundation of my photographic signature.”

What inspired you to become a photographer? “At the core, I’ve always been a storyteller and have a true, deep love for cinema. I always wanted to become either a film-maker or architect and in the early 90s there was no digital film cameras so it was extremely difficult and cost-prohibitive to make short films. So I turned to photography as a way to create and tell stories, one frame at a time. I immediately fell in love (yeas, again!) with the medium and the relative ease to actually create visuals.”

Who has been your favourite subject to photograph or work with? “I can’t say I have a favorite subject because each is inherently unique and result in completely different experiences which thus make the resulting photographs singular, rare and unprecedented. It is for this very reason that I continue to photograph subjects, old and new, and have absolutely no intention of stopping any time soon.”

What inspired you to take this direction of photography? “So after discovering my renewed love of storytelling through photography, I shot incessantly and gravitated towards fashion and portraiture because both offered opportunities to pursue my storytelling in new and innovative ways. My work was eventually discovered by a young curator who was putting together a fashion photography exhibit in the recently inaugurated Kobe Fashion Museum in Japan. I sent my work and was nominated, along with 4 other young photographers, for Discovery of the Year and the rest is history. :)”


OTHER SOURCES / LIENS EXTERNES

  • Portfolio: https://www.richardbernardin.com/portfolio-2

  • News/Nouvelles: https://www.richardbernardin.com/news

  • Kick Ass Canadians: https://kickasscanadians.ca/richard-bernardin/

  • Canon E0SR5: https://www.youtube.com/watch?v=5lHbAOOQUnI

Leave a comment

Please note, comments must be approved before they are published